lundi 26 mai 2008

• Les abeilles savent toujours où se trouve le miel - Peter Ragnar


Les abeilles savent toujours où se trouve le miel


Peter Ragnar

Body, Mind & Spirit Magazine : Vous créez tout un mystère autour de vous. On ne connaît pas votre nom de famille et vous ne parlez jamais de votre passé. Pourquoi ?

Peter Ragar : Je ne parle pas du passé parce qu’il n’a aucune importance à mes yeux. La seule chose qui est importante et que je suis. Je suis simplement. Je n’ai rien à cacher. Si vous m’appréciez, vous m’appréciez. Je n’ai aucune prétention, je n’ai pas de titres. Je suis juste moi, et je suis tout à fait heureux d’être moi.

Body, Mind & Spirit : Etes vous très différent depuis votre naissance ou étiez vous comme tout le monde ?

Peter : Il faut que je réponde à deux niveaux. D’un côté je suis très ordinaire. Je suis comme tout le monde, la seule différence, c’est que je sais. Je sais qui je suis. Cette connaissance est venue comme une fleur qui s’ouvre. Jusqu’à ce que la fleur s’ouvre, la plante doit batailler et faire face à tous les obstacles du terrain : les cailloux, le risque de se faire piétiner, puis tout d’un coup, la fleur s’ouvre.

Body, Mind & Spirit : Est-ce que ça s’est produit graduellement ou y a-t-il eu un événement particulier ?

Peter : Il y a eu un événement particulier. J’ai passé beaucoup de temps à méditer, prier et faire toutes les conneries que tout le monde fait. Je dis conneries, mais ce n’est pas vraiment des conneries parce que ça finit par vous amèner quelque part.

Un jour, j’ai arrêté d’attendre quoi que ce soit. J’adore m’asseoir près du feu. Un jour j’étais assis là et je pensais « Bon, voilà c’est le moment de m’asseoir près du feu… sans raison particulière… De toute façon, s’il avait dû se passer quelque chose, ça se serait produit depuis longtemps… » Je n’attendais rien, je n’étais même pas intéressé par une expérience. Et puis quelque chose m’a brûlé. Je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie. J’étais terrifié. J’étais en train de mourir. Physiquement, mon corps était comme pétrifié. J’essayais de faire tout mon possible pour arrêter ça, mais une fois commencé, c’était impossible à arrêter, et « je » suis mort.

Et maintenant, me voilà, c’est le même monde, avec des voitures, des maisons, on y mange, on va se coucher, on prend des douches et on se brosse les dents… Mais ce n’est plus le même monde.

Body, Mind & Spirit : Une fois que ça s’est terminé, qu’avez vous pensé ?

Peter : Rien, mais je me suis entendu dire, comme si j’étais dans un tunnel « O mon dieu, c’est réel ! » Et puis j’ai ri, et depuis je ris encore.

Body, Mind & Spirit: Que pensez-vous de ce que vous êtes ?

Peter : Je n’en ai absolument aucune idée. Je suis simplement ce que je suis. Je fais simplement ce que je fais. Il n’y a rien de spécial. Notre nature fondamentale à tous est béatitude, joie, bonheur, tendresse, affection, amour, vérité, sagesse. C’est ce que vous êtes. Quand vous êtes vous-mêmes, tout ceci émerge tout seul. Et c’est contagieux, indépendamment d’un enseignement donné. Je ne suis pas un maître, mais si vous venez ici, c’est ce qui est « capté ». C’est une énergie indicible.

Je ne fais rien délibérément, mais en ne faisant rien, je fais énormément. Je demande aux gens : « pourquoi êtes-vous venus ? » Ils disent « Je ne sais pas ». Je leur dis : « Je ne sais pas non plus. » (rires)

Mais je fais quelque chose en réalité. Ils ont faim, et ils sentent une bonne odeur dans la cuisine. Je n’ai pas besoin de faire de publicité. Les abeilles savent toujours où se trouve le miel.

Body, Mind & Spirit : Qu’est-ce qui vous a amené à cette expérience ?

Peter : L’honnêteté envers moi-même.

Body, Mind & Spirit : Un examen de vous-même ?

Peter : Non. C’est l’honnêteté scrupuleuse envers soi-même, au point où l’on peut presque dire que ça fait mal. Vous refusez de continuer à vous mentir à vous même, vous vous permettez d’être tel que vous êtes, simplement.

Body, Mind & Spirit : Quel genre de balivernes nous racontons-nous ?

Peter : Nous mentons chaque fois que nous recherchons l’approbation des autres. Nous mentons quand nous disons que nous ne valons rien. Nous mentons quand nous nous disons limités, sans amour, sans compassion, tendresse ou affection. Mais c’est votre nature ! Qui vous a dit que n’étiez pas tout ça ? Vous avez cru à ses mensonges !

Quand vous pouvez vous regarder dans le miroir et y voir votre vrai visage, et dire « Ah, c’est ça ! » alors, tout d’un coup, tout est différent. Mais ça commence par une grande honnêteté envers vous-même, en reconnaissant votre valeur. Vous êtes rarissime. Vous êtes un trésor inestimable.

Ça ne veut pas dire que vous ne faites pas un avec tout. Mais l’expression de Dieu à travers votre forme est si unique, si spéciale, et en même temps si ordinaire ! Et quand vous le voyez, vous riez de votre propre découverte.

Body, Mind & Spirit : Vous rappelez-vous de vos vies antérieures ?

Peter : Lors de mon expérience, ou plutôt en prélude à mon expérience, je me suis vu sous la forme de nombreux personnages. Je me suis vu dans différents contextes passés, mais c’étaient comme des personnages sur un écran. Je me suis vu sous toutes ces formes, mais je dois dire que ça faisait encore partie de l’illusion de la vie. Quand l’illusion cesse, peu importe que vous ayez vécu comme un saint ou un pêcheur. Car maintenant vous êtes éveillés. Jusqu’à l’éveil, vous pouvez rêver tout ce que vous voulez au sein de cette illusion. Ce que je fais actuellement, je le faisais aussi dans ma vie d’avant. J’ai juste continué. À part que cette fois c’est différent, j’ai changé car maintenant je sais. C’est vraiment très simple.

Body, Mind & Spirit : Donc les autres vies importent peu ?

Peter : Non, elles n’ont pas d’importance. C’est encore une des maladies de l’esprit. L’esprit veut toujours être dans le passé ou le futur parce que l’esprit qui est totalement dans le présent doit s’arrêter. L’esprit est fait de passé et de futur (The mind is made up of pasting and futuring. ndt : jeu de mots intraduisible). Chaque fois que vous pensez, que faites-vous ? Soit vous pensez à quelque chose qui est arrivé, soit vous fantasmez sur le futur. Si vous ne faisiez pas ça, il n’y aurait pas pensées.

Body, Mind & Spirit : Il y a des ours sauvages qui se promènent près de chez vous, on dirait des animaux domestiques. Ils sont arrivés là par hasard ?

Peter : C’est l’une des choses que j’ai remarquées après mon expérience. Les animaux venaient à moi. Le premier fut un renard. Il est allé droit sur moi et m’a laissé le toucher. Les daims mangeaient dans mes mains. Puis une corneille est venue partager mon sandwich. Il y a aussi eu des serpents venimeux qui rampaient sur mes pieds. Pour je ne sais quelle raison, je n’avais qu’à me baisser pour les attraper. Je sentais leur cœur qui battait dans mon coeur, et lorsque vous aimez quelque chose, toute peur s’évanouit.

C’est pareil avec les ours. L’une des femelles a trois petits. Elle ne laisse aucun ours s’approcher des oursons, sinon elle les charge comme un train de marchandise. Mais elle est monté directement sur le pont et dans ma chambre avec eux ! J’aurais pu dormir avec eux si j’avais voulu.

Body, Mind & Spirit : C’est l’une des raison pour lesquelles on vous appelle « l’homme magique »

Peter : La magie c’est que l’amour est très divertissant. (rires) J’adore regarder les choses insolites qui se produisent, surtout avec certains groupes de personnes.

Body, Mind & Spirit : Vous semblez aussi surpris que nous.

Peter : C’est ma joie de voir l’étonnement des gens. Je suis captivé, j’adore ça. Des choses que les gens considèrent comme impossibles sont arrivées. Tous ceux qui sont là sont venus vers moi et ont eu une expérience personnelle. Ils ont savouré quelque chose qu’ils ne peuvent expliquer. Il ne s’agit pas de faire des tours de magie ! Il s’agit de transformation personnelle. Un goût d’inexplicable, un goût de merveille et de mystère.

Body, Mind & Spirit : Comment guérissez-vous ?

Peter : Je vous vois comme le tout. Je suis le tout et je vous vois comme le tout. Je vous vois guéri. Je vous ne vous vois pas dans l’imperfection.

Body, Mind & Spirit : Et si j’ai un problème grave ?

Peter : Je vous mets au défi d’avoir un problème ici ! (rires) L’amour est l’unique guérisseur. La où il y a de l’amour, il ne peut pas y avoir de douleur. Si je peux vous aimer inconditionnellement au point de vous voir comme le tout, alors il vous faudra travailler très dur pour ne pas être le tout.

Body, Mind & Spirit : Qu’en est-il des relations de couple ? Est-ce que l’âme sœur existe ?

Peter : Oui, c’est quand vous tombez amoureux de vous-mêmes pour la première fois. Quand vous ne vous sentez plus inadéquat ou en demande, alors vous avez trouvé votre âme sœur. C’est l’unité du féminin et du masculin en vous. Quand vous êtes complets, vous n’avez plus besoin de quelque chose d’extérieur. Ce n’est que lorsque vous êtes totalement heureux en vous-mêmes que vous pouvez être heureux avec une autre personne. Si vous n’êtes pas totalement heureux en vous-mêmes, vous appuyer sur une autre personne ne fera qu’engendrer de la souffrance. Les gens croient que leur bonheur est quelque part, à l’extérieur. Je vous le dis, il n’est pas à l’extérieur. Il ne sera jamais vôtre jusqu’à ce que vous soyez complets, quand la terre entière sera vôtre.

Body, Mind & Spirit : Qu’en est-il de la prospérité ?

Peter : L’argent n’est qu’un ticket d’entrée. Il vous donne le droit de jouer le jeu. C’est simplement de l’énergie, tout dépend de ce que vous en faites. Comme les gens ont peur du pouvoir, ils ont aussi peur de l’argent. Comme la majorité des gens utilise mal l’argent, les autres ont peur, s’ils ont de l’argent, de mal l’utiliser aussi. Mais je vais vous dire : beaucoup de gens qui sont tellement contre l’argent sont aussi ceux qui polluent les rivières, l’atmosphère, violant les montagnes et les collines. Il disent : « On ne fait rien de mal ! On est juste assis là, on s’occupe de nos affaires, on médite. » Je leur dis « Non, vous êtes responsables. Vous êtes responsables des poissons tués dans les rivières par les usines de plastiques. Vous êtes responsables de la construction des centrales nucléaires. » Ils répondent : « Mais en quoi suis-je responsable ? » Je leur dis : « Parce que vous n’avez jamais dit « non », avec le seul pouvoir que vous avez : votre argent. Qui achète le plastique ? C’est vous. » En réalité, il n’y a rien de mal au plastique, il a sa place. Et rien de mal à fabriquer du plastique tant que vous nettoyez derrière vous, et que vous n’en faites pas des roses. (rires)

L’argent est beau. Il n’y a rien de mal à avoir de l’argent. Les gens qui pensent que l’argent est néfaste feraient bien d’examiner attentivement leur vision de la vie et ce qu’ils font de leur argent. Si votre cœur est droit, vous aurez tout, peu importe quoi. Aucun œil n’a vu, ni d’oreille entendu, pas plus que n’ont été conçues dans le cœur des hommes, les choses réservées à ceux qui aiment leur conscience supérieure, leur soi divin.

Body, Mind & Spirit : Quels sont vos projets ?

Peter : Quand je serai grand ? (rires) Je veux être pompier et éteindre le feu chez tout le monde, éteindre tout ce qui les brûle.

Body, Mind & Spirit : Je pense vous allez partout pour allumer le feu chez les gens.

Peter : Oui, c’est vrai aussi ! Je suis un pyromane spirituel. J’allume le feu dans les cœurs. Je vais partout mettre le feu dans le cœur des gens, et ils ne se rendent même pas compte que je suis venu.

© Traduction Française ÉVEIL IMPERSONNEL







2 commentaires:

Jose a dit…

Quand l'Eveil rencontre l'humilité, l'humour et le goût du paradoxe c'est un vrai régal ! Merci !

Anonyme a dit…

Qu'est-ce que c'est beau, précis, simple ! Merci Patrice.