vendredi 27 octobre 2017

• Tu es l’arrière-plan silencieux, tranquille et immuable - Jeff Foster


Quelques temps après être devenu jeune diplômé en astrophysique de l'Université de Cambridge, Jeff Foster s'est tourné vers une recherche spirituelle intense. Il a découvert que la libération est déjà présente et que tout ce que nous faisons pour l'atteindre est simplement erroné. Il donne aujourd’hui des conférences en Angleterre, Europe, Amérique, etc., sur ce qu'on nomme la « non-dualité » (advaita), mais qu'il préfère appeler l’évidence absolue. Il est l’auteur de La vie sans centre, publié aux éditions L’originel-Charles Antoni, livre qui a rencontré un vif succès.

Se reposer  présente une sélection de textes de Jeff Foster qui nous montre comment trouver des ressources dans nos moments difficiles, quand nous nous sentons épuisés ou désespérés, et aussi comment trouver le sacré dans l’ordinaire.
Le message de ce livre est simple : « Arrêtez d'essayer d'être heureux ; arrêtez de fuir votre malheur ; embrassez-vous vous-même tel que vous êtes, et découvrez un bonheur plus profond. »
Au lieu de chercher à vivre à partir d’une image de perfection ou de bonheur, la Voie du repos de Jeff Foster consiste à nous aimer, exactement tel que nous sommes, à embrasser notre existence dans toutes ses dimensions, avec nos parfaites imperfections, avec nos doutes, nos cicatrices. Ce livre nous offre la permission de nous reposer enfin pour ressentir pleinement le monde, pour vivre la totalité de l’expérience de la vie, exactement telle qu’elle est.
Jeff Foster fait entendre une voix originale et profonde dans le monde de la spiritualité, et qui touche pour cela de nombreux lecteurs, parce qu’il nous autorise enfin à être entièrement nous-même sans rien renier de notre humanité. Tout est inclus au cœur même de la Présence : il suffit de s’y reposer.
Ces pages inspirées nous aident à cultiver la vulnérabilité, à trouver la tranquillité d'esprit et à célébrer la majesté du moment présent.

© Extraits publiés avec l'aimable accord des Éditions Almora :

          Le choix et les miracles
Aujourd’hui, choisis de faire ou de ne pas faire de choix. Décide ou pas que maintenant ce n’est pas le moment des décisions. Peut-être qu’aujourd’hui c’est le moment d’honorer l’incertitude, de la maintenir proche, de rendre sacré cet espace très familier d’ «il n’y a pas encore de réponse».
Il n’y a pas d’autre choix que d’être ici, là où tu es maintenant, un lieu ancien qui permet à la fois la certitude et l’indécision, le choix et l’impossibilité du choix, les réponses et les questions sans réponses, et le doute le plus profond. Il n’y a pas le choix parce que ce moment est déjà exactement tel qu’il est, avec cette respiration, ces pensées, cette merveilleuse incertitude, cette immensité en laquelle tout est possible.
Tu choisis, et tu n’as pas d’autre choix que de choisir. Ou tu ne choisis pas, et tu n’as pas d’autre choix que de plonger dans cette absence de choix, de la saluer, aujourd’hui. 
Alors cette idée entière du choix, et avec elle, l’idée de «celui qui choisit ou qui ne choisit pas» se dissout dans les crépuscules, les hirondelles, le parfum de la lavande, et le rire, le prochain expir, et l’inspir suivant, la respiration qui se respire elle-même, et ceci est le temps des miracles. 

          Rentrer et sortir du maintenant?

On nous a enseigné à penser au «moment présent» comme étant une tranche infinitésimalement petite de temps, en sandwich entre le passé et l’avenir, mais cela n’est pas tout à fait exact. Au lieu de l’appeler «moment présent» appelons-le «mouvement présent», et voyons-le différemment: en tant que danse présente de la vie, cette danse en temps réel, immédiate, vive, toujours changeante de la pensée, de la sensation, du sentiment, des sons, des odeurs, des envies, des impulsions, des images, des souvenirs et des rêves.
Quand nous jetons un regard neuf sur le lieu où nous sommes, tout ce que nous trouvons est ce mouvement présent, qui n’est pas «dans» le passé ni l’avenir, mais qui est vivant et se produit Maintenant. Bien sûr, le passé et l’avenir apparaissent ici, également, sous la forme d’images et de sentiments, de souvenirs et de projections. Il n’y a que ce mouvement présent, qui inclut «ton» passé et «ton» avenir, et c’est tout ce que tu as jamais connu, et tout ce que tu connaîtras jamais, car cela inclut toute la connaissance et les doutes aussi.
Voilà alors la question: qui, qu’est-ce qui est conscient de ce mouvement ? Si celui que tu es vraiment était piégé dans ce mouvement, contenu en lui, défini par lui, limité à celui-ci, tu ne connaîtrais jamais le mouvement en tant que mouvement. Dis simplement, celui que tu es vraiment ne bouge jamais et, de ce fait, est toujours conscient de tout le mouvement du moment, tout comme l’écran de cinéma laisse passer tous les films, toutes les situations changeantes et les glissements temporels au passé et au futur, alors que lui-même ne bouge ni ne vieillit ni ne voyage jamais dans le temps, toujours fermement enraciné en tant que Présence. Tu es l’arrière-plan silencieux, tranquille et immuable du mouvement présent de la vie. Tous les mouvements se produisent dans, et en raison de, ta présence. Tu es la seule constante ici.
Le passé – en tant que pensées, souvenirs, images – se produit Maintenant, dans ta présence, et non pas «dans le passé».
Le futur – en tant qu’images, plans, espoirs, rêves, fantasmes – se produit Maintenant, dans ta présence, et non pas «dans l’avenir».
Chaque pensée – et même la pensée du passé – est une pensée présente. Chaque sentiment – et même un sentiment soi-disant «ancien» – fait partie du mouvement présent de la vie. Chaque son, chaque odeur, chaque goût, chaque rêve, chaque désir, se produit ici, là où tu es, se manifeste et se dissout dans ta Présence immuable, qui n’a jamais voyagé nulle part dans le temps ou dans l’espace.
Le Maintenant n’est pas une petite tranche de temps entre le passé et l’avenir, mais une capacité englobant le passé, le présent et l’avenir, le potentiel illimité de l’expérience, et ainsi nous pouvons dire ceci:
Tu ne peux pas «rentrer» ni «sortir» du Maintenant. Tu es le Maintenant.

          Être avec la sensation
Prends contact avec une sensation physique sans la juger.
Ne pense pas à cette sensation, ne l’analyse pas, sois simplement avec elle.
Tu ne l’as pas créée. 
Tu n’en es pas responsable.
Elle n’est pas de ta faute.
Tu n’as rien fait de mal.
Ce n’est pas ton travail de la guérir, de l’améliorer, de t’en débarrasser, ou même de te demander «pourquoi» elle est ici.
Comme la rosée du matin, ou le rugissement du trafic hors de ta fenêtre, elle n’est pas personnelle.
Connais moins. Ressens plus.
Confie-toi au moment.

Sors de l’histoire du passé, avec ses culpabilités et ses regrets.
Sors de l’histoire de l’avenir, avec ses peurs et ses anticipations.
Ressens cette sensation brute maintenant, la vie dans sa forme la plus pure, une danse de l’énergie.
Elle est ici pour un moment.
Honore son apparence fugace.
Sois l’espace pour la sensation, son contenant, sa présence, son étreinte chaleureuse.

mardi 24 octobre 2017

• En un instant, le sentiment d’être quelqu’un de séparé s’évanouit - Sam Harris


Dans cet essai percutant et provocant, Sam Harris nous montre que le chemin spirituel, l′expérience que la conscience peut transcender l′ego, correspond bien à une possibilité de l′esprit humain, confirmée par les neurosciences. Mais pour découvrir cette dimension ouverte de l′esprit, encore faut-il se dégager des superstitions religieuses qui sont venues le voiler et c′est ce que Harris cherche à faire : Séparer la spiritualité de la religion.
A la fois recueil de souvenirs, enquête sur la nature de la conscience, réflexion philosophique sur l′énigme du moi, qui de pleine conscience, cet essai est riche d′intelligence et de profondeur.
Voici peut-être le livre de spiritualité que le XXème siècle appelait de ses voeux, car il montre comment accomplir les plus profondes vérités des mystiques d′Orient comme d′Occident tout en gardant l′approche rationnelle la plus rigoureuse. Aucun autre livre ne marie avec autant de force et de clarté la sagesse contemplative et la science moderne; et aucun autre auteur que Sam Harris, à la fois philosophe, scientifique et sceptique, ne pouvait l′écrire.
© Extrait publié avec l'aimable accord des Éditions Almora.

J’ai passé une fois un après-midi sur la rive nord-ouest du lac de Tibériade, au sommet de la montagne où l’on croit que Jésus a donné son plus fameux sermon. Il faisait une chaleur infernale, et le sanctuaire où j’étais assis était rempli de pèlerins chrétiens venus de nombreux continents. Certains étaient réunis en silence dans l’ombre, tandis que d’autres chancelaient au soleil, en prenant des photographies.
Alors que je regardais les collines environnantes, un sentiment de paix m’envahit. Il se transforma rapidement en une tranquillité bienheureuse qui réduisit mes pensées au silence. En un instant, le sentiment d’être quelqu’un de séparé – un «je» ou un «moi» – s’évanouit. Rien n’avait changé – le ciel sans nuage, les collines brunes descendant vers une mer intérieure, les pèlerins qui serraient leurs bouteilles d’eau – mais je ne me sentais plus séparé du spectacle, en train de le regarder de derrière mes yeux. Seul le monde demeurait.
L’expérience dura juste quelques secondes, mais elle se reproduisit de nombreuses fois alors que je regardais la terre où Jésus est supposé avoir marché, où il est supposé avoir réuni ses apôtres, et accompli de nombreux miracles. Si j’avais été chrétien, j’aurais sans nul doute interprété cette expérience en termes chrétiens. J’aurais pu croire que j’avais aperçu l’unité de Dieu ou que j’avais été touché par le Saint Esprit. Si j'avais été hindouiste, j'aurais pensé en termes de Brahman, le Soi éternel, dont on pense que le monde et tous les esprits individuels sont une simple modification. Si j'avais été bouddhiste, j'aurais pu parler du « dharmakaya du vide», en quoi toutes les choses apparentes se manifestent comme dans un rêve.
Mais je suis juste quelqu’un qui fait de son mieux pour devenir un être humain rationnel. C’est pourquoi je suis très lent à tirer des conclusions métaphysiques à partir des expériences de cette sorte. Et cependant, j’aperçois ce que j’appelle l’absence du moi intrinsèque de la conscience tous les jours, que ce soit dans un site sacré traditionnel, ou à mon bureau, ou lorsque je me brosse les dents. Ce n’est pas un hasard. J’ai passé de nombreuses années à pratiquer la méditation, dont l’objectif est de supprimer l’illusion du moi.

lundi 23 octobre 2017

• Ce non-être est comme un océan grandiose - Lester Levenson


Il m'était évident que je n'étais pas ce corps ni cet esprit comme j'avais pensé être. Je le voyais seulement et c'est tout. C'est simple quand vous le voyez. Aussi je cessai de m'identifier à ce corps. Et quand je le fis, je vis que ce que mon non-être était tout non-être, ce non-être est comme un océan grandiose. Ce n'est pas un virage vers le haut dans des endroits appelés « gouttes de corps ». C'est un seul océan. 

Cela me fit m'identifier à toute chose, chaque personne et même chaque atome dans cet univers. Et c'est une expérience si immense, c'est indescriptible. D'abord vous voyez cet univers en vous, puis vous voyez l'univers comme étant-vous. Puis vous connaissez l'unicité de l'univers. Puis vous en avez fini pour toujours avec la séparation et toute l'infernale méchanceté qui est causée uniquement par la séparation. Puis vous ne pouvez plus être mystifié par les limitations apparentes du monde. Vous les voyez comme un rêve, comme quelque chose qui n'est qu'apparent, parce que vous savez que votre propre non-être n'a pas de limite ! 

dimanche 22 octobre 2017

• La non-dualité expliquée par les ondes - Armella


Merci à Armella pour cette (tentative d') explication extrêmement simple !
Vu sur son blog Conscience Quantique.

La « non-dualité » expliquée par les ondes

Si vous avez déjà essayé la méditation,
sans doute avez vous déjà entendu parler de la « non-dualité« , un mystérieux état de conscience  aussi appelé « vacuité« …
Mais c’est quoi la non-dualité ???
Et bien voici une tentative d’explication en
bande-dessinée et en ondes !

mercredi 18 octobre 2017

• Rencontre en présence - Suyin Lamour & Pierre Leré Guillemet (troisième partie)

TROISIÈME (et dernière) PARTIE



Suyin Lamour sera à Albi le dimanche 29 octobre (voir l'annonce dans le post précédent) !

mercredi 4 octobre 2017