jeudi 10 décembre 2009

• Il n'y a personne - Monko



L'éveil est extinction, extinction de toute identification, éclairage de la totalité de notre ignorance qui se consume dans notre Présence incréée. Cet évènement n'en est en fait pas un, il n'est pas une expérience car il est clairement vu qu'il n'est personne pour expérimenter quoi que ce soit, et rien à expérimenter. Il n'y a personne. Alors, de fait, il n'y a rien à témoigner, personne pour témoigner et personne à qui témoigner : dans l'éveil se meurt le concept de monde, le concept de l'autre ; il n'y a pas pour "l'éveillé" d'éveillé ou d'ignorant, ici ou là. Je vois deux raisons principales qui peuvent motiver une expression (verbale, écrite...) sur la réalité: la joie pure de le faire, ou l'apparition d'une question. Mais point de témoignage ou de choses farfelues de cette sorte...
Le sage, si on veut le dire poétiquement, est l'ultime témoin qui brille par lui-même; et cela en soi est l'aide la plus précieuse. Seule la Présence révèle la Présence, qui parfois utilise un véhicule tels que les mots ou le corps ; mais ce ne sont ni les mots ni le corps qui sont réellement importants, à l'oeuvre, mais la Présence de laquelle ils émanent, se meuvent. Il n'y a que la Présence. Aussi, profondément n'y a-t-il aucune aide "extérieure". La Présence du maître n'est qu'une expression, un reflet de notre propre Présence. On ne peut s'aider que soi-même, se laisser saisir par la Compréhension que nous sommes.Amitiés.


Qui est Monko ?

Cher Monko,
Je consulte régulièrement ton blog depuis quelque temps et tes propos sonnent très justes, sont empreints d'une grande sagesse... Peux-tu nous parler de ton parcours et de tes "expériences spirituelles" s'il y a ?
Je n'ai pas de question spécifique pour l'instant mais les textes du blog sont souvent des "réponses" inattendues"et percutantes !!
Merci d'exister...
Odile

Bonjour Odile, 
Je suppose qu'on peut partir de ma passion pour la musique. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu un grand attrait pour la musique, le phénomène sonore. J'en suis rapidement passé à la pratique, jusqu'à faire mes études dans la musique et la musicologie. Bien sûr, au début, ma pratique et mes intérêts étaient-ils relativement conventionnels, jusqu'à ce que tout cela soit, disons, un peu plus sérieux avec l'abord du jazz et l'improvisation "tonale", intérêt qui m'a rapidement quitté. Ensuite, mon esprit fut rapidement tourné vers les expérimentations en tous genres, moi-même pratiquant alors ce que l'on appelle "l'improvisation non-idiomatique", ne reposant sur aucun schéma ou entente préalable, sinon l'amour du son dans tous ses états. Bien sûr, tout cela restait purement lié à une histoire "personnelle", une passion esthétique, phénoménale, mentale, sensuelle peut-être, etc... Puis je fis une rencontre artistique déterminante en la personne (et surtout la musique et l'approche) de John Cage dont l'intérêt se situait dans le silence, la non-intention, l'indétermination, la préférence marquée pour les questions plutôt que les réponses: en effet, à travers son approche des philosophies orientales et du zen en particulier, il en est venu à aborder la composition musicale par la pratique exclusive de ce qu'il appelait "les opérations de hasard", abandonnant ainsi tout velléité d'écrire une musique liée à ses goûts et dégoûts ou même écoute intérieure, comme on dit: il utilisait le yi-king, l'antique livre chinois, posait des questions et laissait le livre répondre.. Ces opérations de hasard étaient appelées par lui "ma méditation".... Si bien que je perçus rapidement que sa musique n'était au fond qu'une expression du silence sans cesse palpable. Il liait pour moi expérimentations et beauté. Enfin, il termina sa vie comme un sage; et je sentis que ma pratique musicale ne me mènerait jamais à cette sagesse, alors j'ai voulu remonter à la source, et c'est comme cela que je me suis impliqué dans le zen, et y reçus l'ordination.
Puis tout change: c'est dans le zen que je fis la rencontre de mon maître et ami, Pierre-Michel Trémeau, par qui l'expérience spirituelle se révéla. Nous devînmes amis, et il me fit découvrir l'enseignement de Jean Klein à travers les livres puis celui, vivant cette fois, de Francis Lucille, disciple de Jean Klein, par qui la compréhension s'enracina, je dirais se ramifia... Je fis pendant zazen et à travers l'enseignement de mon ami l'expérience d'une forme de transparence, d'une non-différenciation intérieur-extérieur, d'une non-localisation de l'être, de la Conscience, de son caractère absolu, impersonnel et intemporel, et de la non-existence d'une quelconque entité personnelle. La non-dualité devint "ma" voie, le zen m'ayant plus ou moins quitté depuis...
Toute compréhension est abrupte, mais l'enracinement en elle peut recquérir le temps, le temps que le mental et le corps s'accordent eux-mêmes à la réalité, à la révélation-révolution de leur véritable nature en laquelle ils trouvent toute leur potentialité. C'est ainsi que cela fonctionne pour moi, je crois.
Ayant conscience du caractère tout-à-fait anecdotique de tout cela, je te fais mes amitiés.
A bientôt.

≈≈≈≈≈≈≈

Un site à suivre : Propos sur la non-dualité
L'advaita (non-dualité) est l'art suprême de laisser se déployer en nous notre véritable silence, Conscience impersonnelle... A travers ces textes, nous ne faisons que célébrer cette Conscience que nous sommes... célébration sans célébrant.

3 commentaires:

brigitte a dit…

Bonjour Patrice, je me suis régalée aussi en visitant les galeries de L'œuvre de GupaJuhe en cliquant sur le mandala, une belle découverte qui accompagne ce texte.

Patrice a dit…

Oui, c'est un juste rendu à un artiste de talent.

Pour info : GupaJuhe

Variations autour du Yi Jing

Une interprétation haute en couleurs du Livre des Mutations.

Du 16 décembre 2009 au 20 janvier 2010

Vernissage mercredi 16 décembre à 19h30

Espace Galerie du Sel
47 Grande rue
92310 SEVRES
01 41 14 32 32
www.sel-sevres.org

Peut-être auras tu l'occasion d'aller le saluer de ma part ^-^

vincent a dit…

Merci Patrice
j'ai pu grâce à ton annonce, aller sur le site de Monko. Magnifique de clarté, de simplicité. C'est une joie concernant la clarté des réponse qui coule de source (où de la source)! Encore merci!