jeudi 4 octobre 2007

• Le Royaume - Jeff Foster

Sources
Le Royaume

Jeff Foster

Le Royaume des Cieux s’étend sur toute la Terre, les hommes et les femmes ne le voient pas. C’est précisément parce que les hommes et les femmes sont perdus dans le rêve de l’individualité, qu’ils ne le voient pas.

Nous croyons que nous sommes des personnes, des individus, nés dans un monde indifférent et parfois cruel, dans lequel nous devons trouver une justification, une finalité, du bonheur. Cette croyance a sa place, vous n’avez qu’à regarder le passé et les millions d’années d’histoire de l’humanité pour voir que, même s’il n’est qu’un rêve, c’est un rêve bien convaincant !

Perdus dans le rêve, nous souhaitons si souvent pouvoir nous en échapper, et beaucoup d’entre nous se tournent vers la spiritualité – orientale ou occidentale – qui promet tellement plus que ce qui est ici, une dimension plus élevée de l’existence, plus riche de sens, quelque chose de divin, pur et merveilleux, paisible et sans souffrance, quelque chose, de toute façon, bien mieux que cette désolation terrestre !

Peut-être, avons-nous entendu parler de personnes qui ont atteint l’illumination, ou trouvé Dieu, ou expérimenté une « absence totale de soi » et en avons fait nos enseignants, nos gurus. Nous voulons ce qu’elles ont, nous désirons expérimenter ce qu’elles ont expérimenté. Ces personnes semblent si heureuses, si calmes, si libres de toute souffrance humaine ! Nous pouvons même consacrer nos vies à les suivre, à les servir, à écouter leurs discours et lire leurs livres vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Nous pouvons même vendre nos maisons, quitter nos familles et partir méditer sur une montagne en Inde. Nous pouvons changer de nom, porter des vêtements « spirituels », manger de la nourriture « spirituelle ». Nous pouvons renoncer au corps, dénier nos désirs, jeûner jusqu’à n’avoir plus que la peau sur les os. Et tout cela, bien sûr, a sa place, tout est bien et pour le mieux, mais cela ne permettra en rien de mettre un terme à la recherche.

Car aussi longtemps que vous faites quelque chose pour atteindre un but, vous êtes pris dans la recherche. Aussi longtemps que vous méditez pour atteindre un état de paix, vous êtes pris dans la recherche. Aussi longtemps que vous essayez de voir toutes les choses comme « une », comme reliées, ou comme manifestation de Dieu, vous êtes pris dans la recherche. Aussi longtemps que vous voulez être débarrassé du « je », de « l’ego », de « soi », vous êtes pris dans la recherche. Aussi longtemps que vous essayez « d’être plus présent », vous êtes pris dans la recherche. Aussi longtemps que vous essayez de devenir quelque chose d’autre que ce que vous êtes, ou même tenter « d’être ce que vous êtes » ou de « devenir ce que vous êtes », vous êtes pris dans la recherche. Vous êtes même pris dans la recherche, lorsque vous essayez de mettre fin à celle-ci, ou non.

Il s’agit vraiment de ce qu’on appelle une double contrainte. Vous êtes damné si vous le faites, et damné si vous ne le faites pas.

Que faire, donc, lorsqu’il n’y a rien que vous puissiez faire ?

Bonne question ! Tout ce qui pourrait être suggéré, serait une autre manière de maintenir la recherche. Aussi longtemps que le « je » peut faire quelque chose, sa continuité est assurée. Le « je » se maintiendra même en disant « Eh bien, puisqu’il n’y a rien que je puisse faire, je vais abandonner la recherche ! » Et il essaiera désespérément de lâcher la recherche. Pendant ce temps, son existence est maintenue : un individu (moi) essaye d’abandonner la recherche.

Donc, s’il n’y a rien que vous puissiez faire, ou ne pas faire, que faire ?

Eh non, je ne vous donne aucune réponse. La quête de réponses à vos questions est une autre partie de la quête. Ne voyez-vous pas que le « je » - c’est-à-dire « vous » - adore poser des questions ? Aussi longtemps qu’il pose des questions, sa continuité est assurée : il y a un sens du passé, du futur, de l’individualité. Voilà une personne qui a des questions, et qui éventuellement trouvera des réponses.

Ne pensez-vous pas que s’il y avait des réponses à trouver, vous les auriez trouvées, après tout ce temps ? N’avez-vous pas déjà reçu suffisamment de réponses ? Vos étagères ne sont-elles pas déjà pleines de réponses, et ne croulent-elles pas déjà sous leur poids ?

Vous voyez, les interrogations doivent se poursuivre, car le « je » doit continuer. Les réponses à vos questions ont déjà été données et redonnées, mais le « je » ne peut les accepter en tant que réponses valides, car, alors, les questions seraient annihilées et avec elles, le « je » qui les a posées. Le questionneur apparaît et disparaît avec les questions.

Le «je» doit continuer à poser des questions et à attendre les réponses. Son existence même est en jeu ! Et ainsi la grande recherche se poursuit : « Un jour, je serai libéré ! Un jour, je serai libre ! »

Pourquoi pas aujourd’hui ? Pourquoi pas maintenant ? Et, si ce n’est pas maintenant, alors, quand ?

Quelles réponses attendez-vous ?

Quelles questions posez-vous ?

Peut-être la futilité de tout cela sera perçue, et vous pourrez, alors, rire aux éclats des liens ridicules par lesquels nous nous sommes entravés, en essayant d’être libres, en essayant de nous libérer. Oui, il y a beaucoup de rires et beaucoup d’humour, lorsque le rêve de l’individualité et l’effort pour s’en libérer, sont démasqués. Et cela arrivera peut-être, ou peut-être pas, mais il n’y a rien que « vous » puissiez faire.

Ce « soi », ce « vous » n’ont pas à être reniés ou rejetés, la recherche aussi est valable, ainsi que le fardeau de l’individualité et le désir d’être libéré de tout cela. Le Royaume des Cieux s’étend, en effet, sur toute la Terre, les hommes et les femmes ne le voient pas, mais même cela – notre ignorance du Royaume, notre recherche même du Royaume – fait partie du Royaume. En réalité, il n’existe rien que le Royaume ne soit pas.
Il embrasse tout. Absolument tout.

2 commentaires:

MuttiFree a dit…

Bienheureuse d'être passée à nouveau ici... et j'espère que les visiteurs de "miroirsreflets" activerons le lien pour passer te voir et lire cette note. Merci.

Chaleureuse amitié

Nath'alie a dit…

Alors lààà...clap clap clap et en même teeeeeeeeemps!!!

j'ai lu pas mal de témoignages ici...qui m'ont touché++ et/ou qui ont résonné++ en moi....mais celui-là, il va loin....trés loin....et 'touche' vraiment au coeur....!

"Enfiiiiin!!"...j'ai envie de dire!
"Enfin....quelqu'un qui va se 'mouiller' jusque là"!

(Je me croyais presque insensée à penser, avec mes mots et ''questions'' tout ce que Jeff Foster a posé...
et je constate que je ne suis pas la seule!
Alors biensur, je n'ai pas besoin d'un autre pour légitimiser ce que je pense/ressens/vis...même ""maitre""spirituel..tout comme je n'avale pas tout même d'un ""maitre"" spirituel...si ça ne résonne pas en moi et/ou si je ne l'ai pas expérimenté en moi.....mais il serait stupide aussi de ne pas entendre en moi, que ça me ravit et me confirme! )

Non pas que les autres NON...mais Jeff Foster, à mon sens, 'juste' à mon sens, le fait bien plus 'honnêtement' et profondément!

Sourires!!!